jeudi 16 janvier 2014

Ludhye photographies







_ Pouvez-vous vous présenter ? D'où vient votre pseudo ?



Mon vrai prénom contre toute apparence n'est pas Ludivine . J'ai choisi un pseudo car mon monde photographique reflète ma part onirique, imaginaire, symbolique et intérieure, et aucunement la réalité dans laquelle la société me nomme par mon véritable prénom . J'ai choisi ce pseudo en référence à une personne qui a changé une partie de ma vision du monde il y a très longtemps, et car j'aime ses consonances tout simplement . J'utilise d'ailleurs ce pseudo depuis très longtemps dans la compagnie de spectacle dans laquelle je travaille, toujours pour les mêmes raisons .











_ Depuis combien de temps pratiquez-vous la photographie ? Comment cela est-il venu ?



Mon père était un passionné de photographie et j'ai eu très jeune un appareil argentique entre les mains . Au départ je photographiais tous les détails plus ou moins insolites qui pouvaient attirer mon attention dans mon quotidien . J'essayais de suivre les conseils avisés de mon père, mais étant trop jeune et sûrement trop têtue pour bien les écouter, je ne me fiais pratiquement toujours qu'à mon instinct, voyant la photo comme un jeu d'expérimentation . Vers l'adolescence j'ai arrêté, découvrant d'autres centres d'intérêt, m'essayant au dessin, au théâtre ou à la musique, me cherchant toujours, ayant toujours cette envie de tester de nouveaux supports créatifs . Je suis revenue à la photographie beaucoup plus tard, il y a environ 6 ans, quand je me suis intéressée au monde du numérique et que j'ai entrevu toutes les possibilités offertes à l'imagination pour s'exprimer par son biais ainsi que par celui du montage, de la retouche et de la mise en scène … Je trouvais enfin mon support créatif ultime, comme une évidence .








_ Comment choisissez vous vos modèles ?



Tous les modèles avec qui je travaille ou avec qui j'ai travaillé sont avant tout des rencontres hasardeuses ou non, avec des personnes en qui j'ai vu un potentiel émotionnel fort, et que je sentais en adéquation avec mon univers ou mes propres émotions . Tantôt des proches, tantôt des modèles expérimentés, des artistes … qui sont venus vers moi ou vers lesquels je suis allé … Je n'ai pas de démarche particulière pour trouver mes modèles mais il s'agit toujours de personnes que je trouve humainement riches, avec un charisme, et un regard habité . Des personnes qui m'inspirent et dans lesquelles je peux tantôt incarner une émotion ou un trait de caractère humain , tantôt projeter l'écho d'une partie de moi-même . Pour moi ce sont autant des muses que des modèles . 




 

_ Vous semblez utiliser dans vos photos, un jeu de profondeur régulier, pourquoi ce choix ?


Cela vient d'abord du fait que je ne fais principalement que des portraits, me servant de "personnages" pour mes expressions métaphoriques . D'un point de vue purement esthétique, le "flou" conduit à se focaliser sur le sujet, qui reste l'élément primordial de ma composition .

Lorsqu'il est très accentué, le jeu de profondeur est aussi là pour pour accentuer la part onirique de ma composition . Ne pas tout imposer au "spectateur" . Laisser une place importante à son imagination, au questionnement , à son interprétation afin qu'il puisse s'approprier plus facilement l'image, ou qu'elle le conduise à réfléchir . De plus, j'ai toujours porté un grand intérêt aux rêves et aux messages de l'inconscient . Le chaos et l' imprécision de la connaissance de nous-même, notre paysage intérieur baigné de souvenirs imprécis et d'impressions, tout ce contexte émotionnel flou dans lequel notre inconscient baigne à sa place dans bon nombre de mes images.










_ Vous mettez en scène un univers très onirique, entre conscience et inconscience, comment expliquez vous cela ?



Je travaille dans une compagnie de spectacles, et je baigne dans un univers créatif rempli de contes, d'histoires, de costumes et de personnages en tout genre depuis plus de 10 ans . Les mondes irréels sont mon quotidien, et je m'y suis toujours sentie à l'aise . Je me suis toujours réfugiée dans l'imaginaire, ce lieu totalement libre, et sans frontières aucune . Il aurait donc été difficilement envisageable que ce soit autrement pour mes images .

En outre j'ai un intérêt particulier pour la complexité de l'être humain : ses paradoxes, ses combats intérieurs, ses questionnements, ses émotions… Je crois en une certaine universalité des émotions et sentiments humains et j'aspire à les exprimer au mieux par le biais des symboles et des métaphores qui sont un des modes de fonctionnement de notre inconscient.

Au delà de ce que nous renvoient nos yeux "physiques", notre vision de la réalité ainsi que celle de nous-même et des autres sont influencées par nos souvenirs, nos caractères, nos joies, nos peines … Ces derniers génèrent un prisme qui rend notre regard sur le monde unique . C'est cela qui m'intéresse; partager ma vision à travers le prisme de ma personne entière et non pas seulement à travers mes yeux biologiques . Pour exprimer cela, je déforme le réel, je le tord et le modèle aux grès de mes ressentis, en espérant, grâce aux symboles, que certains y trouvent une partie d'eux-mêmes . 

 







_ Pourquoi cette mise en scène de l'homme mécanique à travers la poupée ?



L'homme mécanique, le robot ou la poupée sont des sujets qui reviennent régulièrement dans mon travail . Tous ont des symboliques bien distinctes . Sans rentrer dans les détails, l'homme mécanique, le robot représentent le plus souvent le "surmoi", l'impact de la société, de l'éducation, des conventions sur notre personne , le pouvoir du mental sur l'intuition, ou encore les carapaces que nous nous construisons … La poupée est plus du domaine de l'affectif, de l'enfance et de ses traumatismes, ou encore dans certains cas du domaine de la manipulation, de l'utilisation affective d'une personne, ou pour représenter la "femme/objet" …Ces sujets me tiennent particulièrement à cœur et c'est pour cette raison qu'on les retrouve régulièrement dans mes images. 

 









_ Quel est votre rapport à l'univers steampunk ?



J'ai toujours aimé la science fiction en général. Particulièrement celle qui parle des différents futurs possibles . Qu'elle soit visionnaire, optimiste ou dystopique, elle est source de questionnement et de recul sur l'humanité . Le steampunk est une "branche" de la science fiction qui est née au XX ème siècle mais qui a pris sa source et qui a choisi d'établir son décor à l'époque Victorienne . Une période qui me parle particulièrement par son atmosphère mélancolique, son esthétique, et son foisonnement d'auteurs romantiques . Les romans d'Oscar Wilde, de Jules verne, de Mary Shelley, de Wells, m'ont réellement passionné, et je retrouve cette ambiance dans l'univers steampunk . Au delà de ça, il est grandement question dans cet univers d'industrialisation, de machines à vapeurs, de grandes inventions mécaniques aux rouages géants, d'automates, et cela m'inspire beaucoup au niveau de la symbolique que l'on peux y trouver .






_ Quels conseils donneriez vous aux personnes souhaitant se lancer ?


Il est difficile de donner un conseil avisé, ne me trouvant moi-même pas vraiment aboutie et me cherchant toujours, mais si je dois parler de mon ressenti et de mon expérience jusque là je donnerais trois conseils principaux aux personnes voulant se lancer .Tout d'abord, que ce qui compte avant tout, c'est d'être honnête dans sa démarche ; de créer avant tout avec son cœur sans penser aux jugements extérieurs, ou à ce qui pourrait plaire ou déplaire . Ne vous lancez pas si il est question de trouver un moyen de flatter votre ego, donnez toujours de vous-même, créez pour créer, parce que vous le "sentez" . Il y aura toujours des gens qui n'aimeront pas votre travail donc suivez votre intuition. . Pour moi c'est la condition sin e qua none d'avoir une chance de partager une émotion .

Ensuite je dirai que la réussite d'une image n'est pas une question de matériel ou de connaissances techniques, mais avant tout d'émotions et d'idées . La technique et le matériel sont des outils au service de l'idée, Ils sont nécessaires, mais ne la remplacent en aucun cas . Prenez le temps de penser puis de peaufiner votre idée, votre mise en scène .
Pour finir je dirais : travaillez ! Exercez-vous sans relâche, remettez-vous sans cesse en question, restez humble, et améliorez votre technique pour élargir les possibilités qu'offre votre imagination .



N'hésitez pas à découvrir plus de ses belles images sur :

Son Facebook 

 Son Flickr
Son "flickeflu"

1 commentaire: